SHARE

En 2016, une étude indiquait que la France était le premier consommateur de whisky au monde. De jeunes français ont alors lancé McBlend, un site de vente de whisky qui a pour particularité de ne proposer qu’une seule bouteille par semaine(*). 

À l’occasion de la Saint-Patrick en 2016, Bonial a réalisé une étude sur la consommation de whisky dans le monde. Et ce ne sont ni les irlandais, ni les écossais, mais nous, les français, qui en consommons annuellement le plus (2,15 L par personne). Le whisky est également le spiritueux le plus bu en France (38,7% de la consommation totale).

Ces chiffres ont donné une idée à deux jeunes amis, Maxime Conan et Simon Sultan, de lancer McBlend. Le principe: proposer une seule bouteille de whisky par semaine, triée sur le volet. Leur slogan? “N’achetez plus votre whisky au hasard”. Nous sommes allés à la rencontre de l’un des deux co-fondateurs, Simon Sultan.

(*) L’abus d’alcool est dangereux pour la santé, consommez avec modération.
  • Bonjour Simon! Alors, première question, qu’est-ce qui vous a poussé à vous lancer dans le whisky et non dans le vin, un alcool beaucoup plus ancré dans la culture française?

Simon Sultan: Bonjour! En premier lieu, tout est parti de l’étude réalisée par Bonial. La France n’est pas un pays de whisky initialement, mais nous, français, sommes la population qui en consommons le plus. La France n’est pas un pays de whisky, on s’est donc dit, avec Maxime Conan, que de nombreux consommateurs n’étaient pas forcément au fait du produit qu’ils achetaient. Personnellement, nous sommes tous les deux amateurs de whisky, mais au début, nous ne connaissions que les grands noms (Jack Daniel, etc), comme beaucoup de monde. N’y aurait-il pas d’autres marques, moins connues, qui vaudraient le coup? C’est l’une des premières remarques qui nous a amené à créer McBlend. 

  • Selon vous, pourquoi les français consomment principalement du whisky? 

S.S.: En France, on a tout de même une culture de l’alcool. Et puis, géographiquement, nous sommes assez proches de l’Écosse et l’Irlande, qui sont deux des principaux producteurs de whisky dans le monde. 

  • La vente d’alcool sur Internet est-elle si répandue en France? 

S.S.: Il existe de nombreuses e-boutiques pour le vin et autres spiritueux, mais pour le whisky, c’est moins répandu. En nous renseignant sur Internet, nous nous sommes rendus compte que sur les sites de vente, il y a un large choix de bouteilles, ce qui rend plus difficile pour le consommateur de faire un choix. On a également remarqué que de nombreux acheteurs choisissaient une bouteille en fonction de son packaging, ce qui est dommage puisque l’emballage ne fait pas la qualité du produit.

  • D’où l’idée de la vente événementielle…

S.S.: C’est ça. Le principe de McBlend est de proposer une seule bouteille par semaine. On décide de la bouteille qu’il faudrait pour nos clients en leur proposant de sortir des sentiers battus tout en achetant une bouteille au meilleur rapport qualité/prix. Le whisky est aussi un alcool que l’on offre souvent en cadeau, et la vente événementielle est vraiment optimisée pour ce genre d’achat.

  • D’ailleurs, concernant les prix, une bonne bouteille coûterait combien?

S.S.: En moyenne, cela varie entre 30 et 80€. On n’achète pas une bouteille de whisky pour la consommer en un jour, on le garde pour des occasions spéciales ou on l’offre généralement.

  • Parlons maintenant de l’approvisionnement. Comment faites-vous pour trouver les bons whisky et garantir aux clients leur qualité? 

S.S.: Pour cela, nous avons un consultant en whisky, Lucas. C’est un ancien caviste, il possède donc des connaissances élargies en matière de whisky. Il est très important puisque c’est par lui que nous passerons pour approvisionner notre stock. En France, il existe déjà de grands noms du whisky qui achètent directement dans les distilleries. Nous nous approvisionnerons auprès d’eux.

  • Question purement qualitative: qu’est-ce qui différencie d’un whisky acheté en grande surface d’un whisky que l’on peut trouver sur Internet? 

S.S.: On peut trouver de très bons whiskies en grande surface, mais cela reste tout de même des grandes marques au même prix que sur Internet. C’est là que McBlend intervient. Tout d’abord, on cherche à proposer des bouteilles que l’on peut trouver difficilement en France. Créer la découverte chez les amateurs comme chez les novices tout en les accompagnant dans leur quête d’une meilleure connaissance du whisky, c’est l’un de nos buts principaux. Les bouteilles seront accompagnées de vidéos de notre expert Lucas qui pourra détailler les caractéristiques du whisky, mais aussi proposer des idées de recettes ou d’accompagnement.

  • Comment faites-vous pour financer votre projet?

S.S.: Au début, nous avons tous mis de l’argent de notre poche. Mais pour parvenir à faire aboutir McBlend, nous avons mis en place un crowdfunding avec un système de contrepartie. Dès qu’une personne donne, elle devient membre premium de McBlend avec les avantages que ça implique (accès aux ventes privés, chat direct avec le consultant whisky). Après, pour les plus généreux donateurs, les contreparties peuvent aller de verres de dégustation de whisky à des bouteilles en passant par des invitations à des dégustations. Le principe est de remercier les personnes qui souhaitent nous aider dans ce projet, cette aventure.

  • Sinon, où en êtes-vous dans votre projet? Quelle est la prochaine étape? 

S.S.: Pour l’instant, McBlend est prêt sur tous les points. Il ne nous manque plus que les financements. Et la prochaine étape sera le lancement du site (si tout se passe bien) en septembre 2017.

  • Pour conclure, si McBlend peut se lancer, quelles améliorations/nouveautés souhaiteriez-vous proposer?

S.S.: On a déjà quelques idées. En premier lieu, mettre en place un système de like et d’historique sur les bouteilles pour que les clients satisfaits puissent les retrouver plus rapidement. Nous aimerions aussi mettre en place un système d’abonnement pour les personnes ne souhaitant pas acheter une bouteille entière: l’idée serait, contre un paiement mensuel, d’envoyer des fioles de dégustation des quatre whiskies que l’on aura proposé dans le mois. Un dernier ajout possible: proposer des packages de plusieurs bouteilles pour des restaurateurs ou des entreprises.

Propos recueillis par Pierre MORIN